[Film] Les amours imaginaires (2010)

Affiche du film

Canada – 2010 – 1h35

Réalisateur: Xavier Dolan
Scénario: Xavier Dolan
Avec: Xavier Dolan, Monia Chokri, Niels Schneider

Francis et Marie, deux amis, tombent amoureux de la même personne. Leur trio va rapidement se transformer en relation malsaine où chacun va tenter d’interpréter à sa manière les mots et gestes de celui qu’il aime… (Allociné)
★★★★☆ Tix
Les amours imaginaires est un film que j’ai savouré sur la longueur. C’est à dire que le début m’a laissé dubitatif, ces interviews qui sortent un peu de nulle part, rendues compliquées par le sujet abordé que je n’avais pas tout d’abord saisi, et également par la petite barrière de langage. Puis le triangle qui s’installe, avec une atmosphère qui m’a oppressé, plus ou moins le but, mais qui ne m’a pas permis d’admirer les plans de Xavier Dolan.

Heureusement, après une petite demi-heure, la situation m’a emporté dans son engrenage malsain, et je me suis un peu attaché aux personnages. Pourtant, si Dolan est vraiment bon, les deux autres acteurs m’ont un peu dérangé. Mais c’est plus le propos ici, qui touche. On s’attache plus à la situation qu’aux protagonistes, on est frappé par l’amour compliqué et la souffrance qui en résulte.

Ces amours pathétiques sont sublimés par de véritables perles de réalisation de la part du Québécois. Il y a un esthétisme fou qui se dégage, Xavier Dolan prend le temps de poser sa caméra, mettre en valeur ses acteurs, que ce soit par les angles, les filtres, les ralentis… J’ai totalement accroché à son cinéma, ce qui a entièrement estompé les difficultés d’accroche du début. La musique sert très bien le film également, quoique le morceau d’Indochine à la fin soit la pire faute de goût du long métrage.

Mickdeca ★★★★☆
Dolan est un réalisateur qu’il faudra suivre pour son génie de réalisation et d’esthétique. Un vrai maître qui sait y faire avec la musique et tout ce qu’a cité Tix.

Pour ma part le sujet ne m’a pas tellement touché, j’étais absorbé par ces images magnifiques, tout est beau, calculé, intelligent. Les interviews dont je ne comprenais pas tout quelques fois, de plus je les ai trouvé assez inutiles contrairement à ces scènes de sexe avec des filtres à la Suspiria ou Rocky Horror Show amplement suffisantes pour souligner la férocité, le mal que peut occasionner l’envie de l’autre.

Autre point faible serait sûrement le traitement du sujet qui fait souvent bon chic, bon genre, un peu hautain, très “petite bourgeoisie”.

Quant aux acteurs je les ai tous appréciés, mais c’est Dolan qui vole la vedette bien sûr.

Les amours imaginaires est sûrement le meilleur long métrage de Xavier Dolan, plus beau que J’ai tué ma mère et moins long que Laurence Anyways.

Partager cet article...

Auteur de l’article : Pensées Critiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *