[Film] Le vent se lève (2013)

Japon – 2013 – 2h06

 

  • PRÉCISIONS

– VO: Kaze tachinu
– Réalisateur: Hayao Miyazaki
– Musique: Joe Hisaishi
– Scénario: Hayao Miyazaki
 

  • NOTE GLOBALE :

08-07

 

 

  • L’AVIS DE..

 

Mickdeca :

Dernier animé sorti et ultime Miyazaki qui tire sa révérence non sans poésie et mélancolie.

Le vent se lève (vers repris tout le long du film issu du poème les Cimetière Marin de Paul Valéry) est beau avec son dessin soigné qu’on a pu apprécier dans Le château ambulant, Princesse Mononoke ou Ponyo sur la falaise. Miyazaki est sans conteste le maître du dessin animé japonais où la beauté esthétique est sublimé par le scénario très adulte, donnant une vraie réflexion sur l’amour, le rêve, la mort, et aussi la création, avec l’idée qu’il faut savoir s’arrêter. Ainsi le fait que Jiro arrête de créer fait écho à la carrière de Miyazaki qui laisse sa place à d’autres jeunes réalisateurs japonais pour poursuivre le rêve.

Dans les aspects négatifs j’ai ressenti que l’histoire était tout de même décousue, et notamment le conteste historique qui revient au devant de la scène pour après être totalement occulté, mais aussi un peu d’ennui et un certain détachement pour le personnage de Jiro très stoïque. Pour autant la galerie des personnages reste tout de même excellente, par exemple la sensible Nahoko, la soeur revêche Kayo ou le petit patron colérique Kurokawa.

Enfin la bande originale illustre à merveille ce dernier animé d’un maître qui nous a enchanté par son univers riche et magique.

 

 

Tix :

Rien de spécial à rajouter à l’avis de Mickdeca, si ce n’est que peu de choses m’ont gêné. Je n’ai pas vu le temps passer, et j’ai aimé le personnage principal. Le thème musical de Joe Hisaishi est très joli, et revient à de très nombreuses reprises, comme la fameuse citation qui donne son titre au film.

Le vent se lève, il faut tenter de vivre.

La très petite dose de contexte historique, si elle permet scénaristiquement parlant de ne pas accabler le héros (des bombardiers pour les allemands, tout de même), est aussi le reflet de son état d’esprit. On comprend bien que son seul but est de se dépasser, dans aucun autre but qu’un accomplissement personnel.

La mélancolie s’immisce très vite chez le spectateur, le thème du vent est très bien utilisé dans le long-métrage, et donne lieu à de très belles séquences. Hayao Miyazaki ne signe pas son chef d’oeuvre absolu, mais un film marquant, assez à part dans sa filmographie et pourtant une très belle conclusion.

 

 

Partager cet article...

Post Author: Pensées Critiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *