[Film] Le Loup de Wall Street (2013)

États-Unis – 2013 – 3h

 

  • PRÉCISIONS

– VO: The Wolf of Wall Street
– Réalisateur: Martin Scorsese
– Avec: Leonardo DiCaprio, Jonah Hill, Margot Robbie, Jean Dujardin, Matthew McConaughey
– Musique: Howard Shore
– Scénario: Terence Winter
– D’après: l’autobiographie de Jordan Belfort
 

  • NOTE GLOBALE :

08-08

 

  • DE QUOI ÇA PARLE ?

L’argent. Le pouvoir. Les femmes. La drogue. Les tentations étaient là, à portée de main, et les autorités n’avaient aucune prise. Aux yeux de Jordan et de sa meute, la modestie était devenue complètement inutile. Trop n’était jamais assez…

 

  • NOS AVIS

 

Mickdeca :

Bienvenue au Loup de Wall Street, un film de 3h avec Leonardo DiCaprio jouant les traders crapuleux où l’appât du gain englobe le sexe, la drogue et les petites magouilles financières.

Ce film parti à la course aux oscars est un délire à lui tout seul, ainsi les nains servent de fléchettes humaines, les singes ont remplacé les postiers et se raser la tête rapporte de l’argent. Ce long métrage en rebutera plus d’un, notamment avec ces nombreuses scènes de sexes qui font partie intégrante du récit, elles ne sont pas là pour échauffer les esprits, mais seulement illustrer la décadence, l’effet secondaire du “trop d’argent”, le « toujours plus ». A cela s’ajoute des scènes de drogue (pendant 70% du film Leonardo Di Caprio est complètement shooté) inoubliables notamment un duel au téléphone filaire.

Niveau interprétation, c’est du cinq étoiles que ce soit, DiCaprio, un acteur monstre qui même s’il n’obtient pas l’oscar restera le meilleur acteur de sa génération, ou Jonah Hill sûrement le plus drôle de la bande, qui a revu son salaire à la baisse pour pouvoir jouer ce rôle, sans oublier notre petit frenchie de Jean Dujardin interprétant un banquier suisse à la perfection avec un terrible accent anglais.

Scorsese est un réalisateur qui sait mettre en scène la vie de ces personnages, car au même titre que les Affranchis ou Casino, on suit Jordan Belfort de ces débuts à sa chute. Malheureusement celle-ci n’est pas assez abrupte pour vraiment donner dans l’émotion et renforcer la satire de la société des excès. On regrettera au niveau de la réalisation, l’aspect décousu dû aux nombreux faux raccords.

Au final ce Loup de Wall Street va sûrement dévorer pas mal de statuettes en or, c’est tout le malheur qu’on lui souhaite.

 

Tix :

On aurait pu ne pas en attendre autant, et on n’aurait pas eu spécialement tort. On ne connaissait pas Jordan Belfort avant ce film, on n’a pas spécialement envie de le connaître (sauf pour qu’il nous apprenne ses combines éventuellement). Le soucis, c’est que ce personnage est l’archétype même du mec à qui tout sourit mais qui finira par dégringoler sous l’excès. Et c’est justement là que tout va se jouer.

Cet homme est interprété par l’acteur le plus populaire de ces dernières années, et évidemment le choix est stratégique. Pendant 2h, nous sommes plongés dans la vie de Wolfie, qui va grimper jusqu’à son apogée, faisant fi du danger, de la légalité, de l’honnêteté, de la fidélité, et d’autres trucs tout aussi barbants. Et puis on ne va pas le cacher, ça donne envie de faire pareil.

Jusqu’à la chute. Brutale. Enfin pas si brutale d’ailleurs. Mais le film nous aura tellement emporté dans son délire qu’on va vraiment tomber de haut, d’aussi haut que son anti-héros. On regrette autant ce manque d’impact (oui bon, c’est une histoire vraie quoi) que la musique de Howard Shore qui n’est pas des plus marquantes.

Le film est super. La mise en scène est habile, les trouvailles sont nombreuses. On rit. On rit. On jubile. On frappe notre poitrine en mmh-mmh-ant. Et on attend impatiemment le prochain.

 

 

Partager cet article...

Auteur de l’article : Pensées Critiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *