[Livre] Acide Sulfurique – Amélie Nothomb

France – 2005

 

  • PRÉCISIONS

Auteur : Amélie Nothomb
Publication originale : 2005
 

  • NOTE GLOBALE :

NA-09

 

  • DE QUOI ÇA PARLE ?

Une émission de télé-réalité, nommée « Concentration », est lancée. On y filme des prisonniers, choisis au hasard parmi la population et enlevés par rafles. Leurs conditions de vie sont épouvantables : ils sont peu nourris, insultés, battus par des surveillants appelés « Kapos ». Chaque jour, deux prisonniers sont choisis et tués, sous le regard des caméras. Zdena, une des kapos, tombe éperdument amoureuse de Pannonique, héroïne du livre et prisonnière connue sous le matricule « CKZ 114 ». La kapo veut absolument connaître son nom, et est prête à tout pour cela, même à tuer les prisonniers qui sont proches de Pannonique. Pendant ce temps, les médias s’offusquent de l’horreur de l’émission, ce qui incite de plus en plus de gens à la regarder. « Concentration » arrive au paroxysme du scandale quand les producteurs décident d’accorder le choix des prisonniers tués au public. Les téléspectateurs votent en masse, de plus en plus de personnes regardent l’émission.

 

Vint le moment où la souffrance des autres ne leur suffit plus ; il leur en fallut le spectacle.

 

  • NOS AVIS

 

Mickdeca :

Amélie Nothomb avait été drôle avec Stupeur et tremblements, dans un roman très auto biographique. Ici c’est une critique acerbe du monde de la télévision mais surtout de la télé réalité, un sujet très en vogue depuis l’avènement des émissions de ce genre. Pannonique le personnage principal se fait rafler et envoyer dans une restitution d’un camp de concentration où les prisonniers choisis au hasard sont filmés sous toutes les coutures, où les nazis ont été remplacés par des surveillants appelé Kapo.

Ainsi au même temps que l’auteur décrit l’horreur des camps de la mort, elle utilise cette image, dans le but de nous servir une satire sur la télévision qui devient l’écran montrant l’horreur, nourrissant les âmes humaines de plaisir devant le mal qu’on inflige aux autres. Le roman pose aussi toujours des questions d’ordre religieux, avec l’éternelle question : Avec une telle horreur Dieu existe-t-il ?

Quant au style, c’est très fluide, les images très belles, un peu poétique par moment. Le roman est assez court mais n’en perd pas en qualité, au contraire avec aussi peu de page Nothomb est très efficace, son but étant très vite atteint. De plus les personnages sont assez profond psychologiquement.

En conclusion un excellent roman qui dénonce la dérive de la télé-réalité, très bien écrit, et puis le style on adore.

 

 

Partager cet article...

Auteur de l’article : Pensées Critiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *